Le loff furet qui fait scandale - le livre des origines francais du sous furet 


Comment est-il possible qu'une petite Association Furets locale, parmi d'autres existantes, puisse décider seule, sans consultation aucune, non seulement des critères de jugements d'un furet pour son inscription au Loff (Livre des Origines Françaises Furets) mais de surcroît de choisir uniquement parmi ses membres les Juges lors des "Expositions/Concours" ?
Comment est-il possible d'accepter le fait que la poignée de furets ayant participé à la première sélection loff ne soient que des furets d'amis ou membres de l'association alors que celle-ci n'est ni représentative des principales idéologies ni représentative en terme de nombre d'adhérents ?
Comment est-il possible que les premiers furets jugés avec la mention "excellent" soient des furets des membres du Bureau Directeur de ladite association ? et l'on se pose alors des questions sur cette mention d'excellence lorsque l'on regarde les betes jugées.
Comment est-il possible que des élevages possédant un nombre de furets largement tres supérieurs au tout petit dit "élevage" amateur présent ce jour-là, n'aient même pas été sollicités ni pour un débat quant aux exigences du Loff ni même pour une simple participation au premier rassemblement/concours/exposition ?
Comment peut-on prendre au sérieux les mentions d'une exposition au cours de laquelle les humains étaient à la fois juge et partie ?

Il semble évident qu'un Loff (livre des origines francaises du furet) soit nécessaire car pour peu qu'on observe ce qui se passe en matière de reproduction dans le monde du furet, on ne peut que souhaiter borner les choses afin d'éviter les dérives et autres débordements nuisibles à l'espèce à long, moyen mais tout aussi bien court terme.
Mais un Loff intelligent, un Loff établi en concertation avec des gens d'idées différentes, un Loff qui soit profitable au furet et non un moyen radical de saborder son devenir et sa descendance.

Le monde du furet de compagnie s'insurge. 

Un Loff vient de se monter via un petit club local et quasiment personne, pas même les éleveurs, n'en était informé. 
Si certains voient dans ce loff une avancée, beaucoup d'autres sont offusqués non seulement par son contenu, et par celui du standard établi par la même occasion, mais aussi et surtout par la manière dont il a été conçu. 
Pour ainsi dire aucun éleveur n'a été préalablement contacté, ni informé, ni même consulté ne serait-ce que pour un simple avis. Il en résulte que la plupart ne pourrait pas espérer voir figurer ses reproducteurs dans ce livre des origines tant les critères vont à l'encontre de l'élevage. 
Nous voici devant un paradoxe, sinon un comble, car si quelques particuliers pourront tirer quelque fierté à voir leurs furets entrer dans ce standard, l'intérêt devrait tout de même être en tout premier lieu pour les éleveurs ! 
En l'état actuel des choses ceci n'est pas possible. Nous sommes face à un standard et un loff (livre des origines francais du furet) fait par une association unique, pour des particuliers maintenant et reproduisant tant bien que mal des furets de plus en plus chétifs et fragiles alors que l'animal est à la base de constitution robuste et solide. 
L'heure est grave, le furet est en danger. Nous sortons tout à fait de l'objectif de conservation et d'amélioration des qualités de l'espèce, ce qu'aucun professionnel digne de ce nom saurait accepter.


Un standard et un Loff oui, mais fait PAR les éleveurs et POUR les éleveurs.